Séance 4 – Nicole Caligaris : anthropologies de la violence

Jeudi 16 janvier | 17 h

Salle Claude Simon

Maison de la recherche – 4, rue des Irlandais, Paris (Ve)

Le 16 janvier 2020, notre séminaire accueillera Nicole Caligaris pour une séance intitulée “Anthropologies de la violence”.

Pour réfléchir aux liens de la littérature à la dimension anthropologique de la violence, la séance prendra la forme d’une discussion avec Nicole Caligaris autour de ses romans – dont La Scie patriotique (1997), Okosténie (2008), Dans la nuit de samedi à dimanche (2011), Le Paradis entre les jambes (2013) – et quelques textes d’autres auteurs qui viendront enrichir l’échange.

Séance 3 – Lutter, se défendre : la non-violence en question

Jeudi 12 décembre | 17 h [séance reportée]

Salle Pierre Albouy

Université Paris Diderot – Grands Moulins (6e étage) – 5 rue Thomas Mann 75013 Paris

Au cours de cette séance, nous présenterons et discuterons des textes de divers.es auteur.e.s, parmi lesquel.le.s Judith Butler, Elsa Dorlin, Peter Gelderloos ou Geoffroy de Lagasnerie….

Une place importante sera accordée à la discussion autour des différentes positions tenues et théorisées par ces textes.

En essayant de dépasser la dichotomie traditionnelle violence/non-violence dans le cadre d’une pensée de la lutte ou de la résistance, ils problématisent le rejet ou le refus de la violence, explorent les rapports entre non-violence et violence, interrogent la possibilité du recours à la violence, s’efforcent de dégager une fondation éthique ou politique à la non-violence ou, au contraire, de montrer les impensés ou les limites, voire l’impossibilité, de la non-violence.

Ci-dessous, l’article de Judith Butler au sujet de la préface de Sartre à la première édition des Damnés de la Terre de Frantz Fanon

Séance 2 – Violence et espace(s)

Jeudi 14 novembre | 17 h

1ère partie | Topolitique du “safe space”

de 17 h à 17 h 45 environ

Présentation et discussion autour de l’article d’Anne Berger, “Topolitique du ‘safe space'” :

http://www.mouvement-transitions.fr/index.php/hospitalites/republications-traductions-inedits/n-15-a-e-berger-topolitique-du-safe-space


Dans cet article, Anne Berger retrace d’abord une histoire de l’expression elle-même (histoire de la notion “safe“, de l’émergence de l’idée de “safe space“, etc.), avant de s’interroger sur les pratiques que cette formule désigne aux Etats-Unis (où elle a été forgée) : pratiques militantes, puis institutionnelles, notamment dans le cadre universitaire, où la question du safe space vient rejoindre celle du “trigger-warning” comme dispositif d’enseignement utilisé dans certaines universités.

Elle interroge donc le désir ou l’idéal d’un espace non seulement pacifié, mais immune vis-à-vis d’une violence provenant de son dehors, qui serait susceptible d’infliger ou de réactiver des blessures chez ceux que cet espace vise à protéger : 

« Ne pas se protéger du danger, c’est certes prendre le risque de la mort, et, dans ce cas, c’est de la « mort » de la communauté, d’un certain « commun », qu’il s’agit ; mais tenter de se préserver, de préserver la possibilité du commun en l’indemnisant ou l’immunisant, donc en prévenant l’exposition à ce qui peut advenir, à l’arrivance d’autre chose ou d’autrui, donc à tout événement au sens que Derrida donne à ce terme, c’est également, selon le philosophe, compromettre les chances de la vie, et, partant, de la survie même de la communauté. Le mécanisme de sauvegarde s’entame lui-même […]. Le commun s’attaque à sa propre possibilité en tentant de s’immuniser. »

Pause d’un quart d’heure environ.


2e partie | Violences en exil

de 18 h à 19 h 15 environ

Christina Alexopoulos et Frosa Pejoska-Bouchereau se pencheront sur la problématique de la violence dans les situations migratoires ou d’exil, selon deux angles et deux terrains distincts :

En se fondant sur les témoignages de personnes rencontrées dans un cadre d’accompagnement clinique en HUDA, Christina Alexopoulos s’intéressera aux espaces dans lesquels se déclinent différentes formes de violences (psychologiques, physiques, institutionnelles, individuelles,  collectives…) à l’encontre de personnes exilées, y compris des lieux qui en sont censément préservés, comme les lieux de soin, d’accueil, ou dédiés aux démarches administratives, mais qui n’en sont pas moins régis par des logiques de contrôle. Elle abordera également les formes d’investissement psychique de ces espaces par les individus, les liens qui s’y nouent (avec le personnel associatif en particulier) et, en dernier ressort, les luttes qui peuvent naître dans et à partir de ces lieux.

C’est à travers la littérature testimoniale de la migration que Frosa Pejoska-Bouchereau abordera, quant à elle, la question des violences liées à l’exil et à ses espaces. 

Séance 1 – Violence et oubli en démocratie

Jeudi 10 octobre | 17 h

1ère partie | A partir des textes

Enjeu : Interroger le développement des formes et de la présence ambiguës de la violence dans les régimes démocratiques, à partir de la contradiction de principe entre la violence et l’état de droit, ainsi que le rapport entre « la consécration [du] temps démocratique immunisé contre les crises » et le « besoin-désir de présences catastrophiques ‘autour’ de nous » (Alain Brossat).

Discussion à partir d’une sélection de textes d’Alain Brossat (trois extraits tirés du Corps de l’ennemi & un article).

Corpus : pour accéder aux textes, suivez ce lien.


2e partie | Au cinéma

Prolongation de la réflexion à partir d’un retour sur le film Hunger de Steve McQueen (projection du 19 septembre) et de la projection de deux courts-métrages de Jean-Gabriel Périot (présentés par Carlos Tello).

Voir aussi :


Présentation de la séance : Alice Laumier et Tancrède Rivière

Présentation des courts-métrages : Carlos Tello

Séance 0 – “Hunger” de Steve McQueen

Jeudi 19 Septembre | 18 h

Entrée gratuite sur réservation

Hunger de Steve McQueen (2008, 1h40)

1981, Prison de Maze, Irlande du Nord. Raymond Lohan est surveillant, affecté au sinistre Quartier H, celui des prisonniers politiques de l’IRA qui ont entamé le « Blanket and No-Wash Protest » pour exprimer leur colère. Le jeune Davey Gillen, qui vient d’être incarcéré, refuse de porter l’uniforme carcéral car il ne se considère pas comme un criminel de droit commun. Lorsque la direction de la prison propose aux détenus des vêtements civils, une émeute éclate

Montré pour la première fois au Festival de Cannes 2008, il a remporté la Caméra d’Or, puis le Sydney Film Prize au Festival de Sydney, ainsi que le Prix du meilleur film aux Evening Standard British Film Awards, parmi d’autres distinctions.

Cette  première séance se fait en partenariat avec le séminaire sur « La question de la violence » qu’organisent Tancrède Rivière et Alice Laumier, doctorants à Paris Diderot et la Sorbonne Nouvelle.

Rencontre

La séance sera présentée par Catherine Coquio et Sara Alonso Gómez, historienne de l’art, commissaire d’exposition, doctorante à l’Université Paris Diderot.
Débat avec Pierre Zaoui, Professeur de philosophie à Paris Diderot, Tancrède Rivière et Alice Laumier, doctorants en lettres, organisateurs du séminaire « La Question de la violence ».

INFORMATIONS PRATIQUES

Jeudi 19 septembre à 18h
Amphi Buffon, 15 rue Hélène Brion 75013 Paris

Entrée gratuite sur réservation, dans la limite des places disponibles.
L’ inscription est nominative, si vous souhaitez inscrire une autre personne, merci d’indiquer son nom et prénom en remplissant un deuxième formulaire.

Renseignements auprès du service Culture 01 57 27 59 37 // service.culture@univ-paris-diderot.fr

Voir l’événement sur la page de l’Université : https://culture.univ-paris-diderot.fr/agenda/cine-debat-hunger

La question de la violence

Individuelle et collective, naturelle et sociale, théorique et pratique, la question de la violence traverse de nombreuses réflexions contemporaines. Qu’elle y soit souterraine, figée ou évacuée comme problème, elle est parfois formulée en des termes qui la simplifient ou la caricaturent. Même dans le discours analytique, elle n’échappe pas toujours à un usage banal du mot qui, en réduisant sa définition, en réduit la problématique. Réveillée par les actualités, elle peut être captée par le commentaire journalistique qui tend à mettre en circulation une notion affaiblie, dans laquelle l’impensé persiste davantage que les enjeux profonds ne sont appréhendés.