La question de la violence

Individuelle et collective, naturelle et sociale, théorique et pratique, la question de la violence traverse de nombreuses réflexions contemporaines. Qu’elle y soit souterraine, figée ou évacuée comme problème, elle est parfois formulée en des termes qui la simplifient ou la caricaturent. Même dans le discours analytique, elle n’échappe pas toujours à un usage banal du mot qui, en réduisant sa définition, en réduit la problématique. Réveillée par les actualités, elle peut être captée par le commentaire journalistique qui tend à mettre en circulation une notion affaiblie, dans laquelle l’impensé persiste davantage que les enjeux profonds ne sont appréhendés.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.