Séance 2 – Violence et espace(s)

Jeudi 14 novembre | 17 h

1ère partie | Topolitique du “safe space”

de 17 h à 17 h 45 environ

Présentation et discussion autour de l’article d’Anne Berger, “Topolitique du ‘safe space'” :

http://www.mouvement-transitions.fr/index.php/hospitalites/republications-traductions-inedits/n-15-a-e-berger-topolitique-du-safe-space


Dans cet article, Anne Berger retrace d’abord une histoire de l’expression elle-même (histoire de la notion “safe“, de l’émergence de l’idée de “safe space“, etc.), avant de s’interroger sur les pratiques que cette formule désigne aux Etats-Unis (où elle a été forgée) : pratiques militantes, puis institutionnelles, notamment dans le cadre universitaire, où la question du safe space vient rejoindre celle du “trigger-warning” comme dispositif d’enseignement utilisé dans certaines universités.

Elle interroge donc le désir ou l’idéal d’un espace non seulement pacifié, mais immune vis-à-vis d’une violence provenant de son dehors, qui serait susceptible d’infliger ou de réactiver des blessures chez ceux que cet espace vise à protéger : 

« Ne pas se protéger du danger, c’est certes prendre le risque de la mort, et, dans ce cas, c’est de la « mort » de la communauté, d’un certain « commun », qu’il s’agit ; mais tenter de se préserver, de préserver la possibilité du commun en l’indemnisant ou l’immunisant, donc en prévenant l’exposition à ce qui peut advenir, à l’arrivance d’autre chose ou d’autrui, donc à tout événement au sens que Derrida donne à ce terme, c’est également, selon le philosophe, compromettre les chances de la vie, et, partant, de la survie même de la communauté. Le mécanisme de sauvegarde s’entame lui-même […]. Le commun s’attaque à sa propre possibilité en tentant de s’immuniser. »

Pause d’un quart d’heure environ.


2e partie | Violences en exil

de 18 h à 19 h 15 environ

Christina Alexopoulos et Frosa Pejoska-Bouchereau se pencheront sur la problématique de la violence dans les situations migratoires ou d’exil, selon deux angles et deux terrains distincts :

En se fondant sur les témoignages de personnes rencontrées dans un cadre d’accompagnement clinique en HUDA, Christina Alexopoulos s’intéressera aux espaces dans lesquels se déclinent différentes formes de violences (psychologiques, physiques, institutionnelles, individuelles,  collectives…) à l’encontre de personnes exilées, y compris des lieux qui en sont censément préservés, comme les lieux de soin, d’accueil, ou dédiés aux démarches administratives, mais qui n’en sont pas moins régis par des logiques de contrôle. Elle abordera également les formes d’investissement psychique de ces espaces par les individus, les liens qui s’y nouent (avec le personnel associatif en particulier) et, en dernier ressort, les luttes qui peuvent naître dans et à partir de ces lieux.

C’est à travers la littérature testimoniale de la migration que Frosa Pejoska-Bouchereau abordera, quant à elle, la question des violences liées à l’exil et à ses espaces. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.