Brève synthèse de la séance préparatoire du 5 juin 2019

Le choix du singulier

Par le recours au singulier (« la » violence), on ne cherche pas à retrouver une notion essentialisée et abstraite, ni à mettre de côté une approche historicisée et contextualisée de la violence et de ses formes concrètes. Il s’agit plutôt, dans un premier temps, de faire un pas de côté par rapport à un certain discours actuel, notamment médiatique, qui emploie plus systématiquement le pluriel : « les » violences. Or, il nous semble que ce pluriel peut occulter une dimension plus essentielle de la nature des événements, derrière les occurrences présentées comme accidentelles.Le singulier ne nous empêchera pas, cependant, d’examiner les différents « cas » de violence et de les distinguer, ni d’appréhender cette violence « au singulier » suivant différentes approches (anthropologique, philosophique, politique…)

L’actualité :

Au cours de la séance, a été pointé à juste titre le problème posé par un certain usage du terme « actualité », en rapport avec le mouvement des gilets jaunes et les violences (violences policières notamment) médiatisées dans ce contexte.

Il sera en effet crucial tout au long de ce séminaire de se demander de quelle violence on parle, pour quelle actualité, et pour qui ?

Ni la « visibilité » particulière, grâce aux réseaux sociaux, de la violence policière dans le cadre des événements récents, ni l’indignation qu’elle a pu entraîner, ne réduisent à eux seuls le phénomène d’une violence qui a d’autres lieux (on a évoqué aussi bien l’outre-mer que la banlieue, ou la sphère privée…), d’autres formes (on a parlé de « micro-violence », par exemple…), d’autres commencements (la violence n’a pas “commencé” cette année, le mouvement “gilet jaune” a rendu visible pour certains une violence déjà présente…)

Dans ce contexte, l’enjeu de la visibilité et de l’invisibilité, ou de l’invisibilisation, de la violence, est central, au-delà de la seule “actualité” au sens restreint.

 « Nous »

C’est dans une même perspective qu’il convient d’interroger ce que recouvre l’usage du pronom « nous » : qui est ce « nous » quand on évoque « notre » expérience de la violence, surtout si celle-ci doit être en partie constituée par une forme d’ «  oubli  », d’ « absence », voire même de « désir » de violence ? Ici, ce sont les jeux complexes de la présence-absence de la violence dans les expériences individuelles ou collectives qu’il faut envisager.

L’« oubli » :

Nous souhaiterions conserver, dans la mesure du possible (et pour éviter de glisser vers une typologie redondante ou un simple commentaire de l’actualité), la singularité de notre axe initial qui était celui de «l’oubli» – non pas, toutefois, en s’accrochant coûte que coûte à cette notion, mais, y compris à partir des problèmes qu’elle pose, en la laissant s’ouvrir de proche en proche à d’autres notions qui éclairent notre sujet d’une façon spécifique : sommeil, refoulement, etc.

C’est en faisant jouer ces différentes formes d’approche « par la négative » que nous aimerions développer les thèmes/problématiques du séminaire.

Par exemple, la question du « rite » a été abordée au cours de la séance. Ainsi, se demander si « la violence rituelle a disparu de nos sociétés » peut permettre d’aborder cette question anthropologique majeure tout en l’historicisant dans une perspective qui inclut cette dimension d’absence/disparition/oubli/etc.